Pazcki (ou ponchki) au beurre de poires, beignets polonais pour Mardi Gras


Alors que dans mon enfance, mardi gras rimait invariablement avec les merveilleuses merveilles bordelaises de ma grand-mère bretonne, vous me suivez ?
Et même si la tradition a du bon, j'avais envie cette année de proposer aux enfants une recette différente pour Mardi Gras.

Pour se faire,  je suis partie en quête de la recette qui trônerait sur notre table ce jour-là.

Comme la plupart des fêtes qui jalonnent notre calendrier, Mardi Gras est à l’origine une fête païenne (romaine en ce qui nous concerne) que l’église catholique a jugé bon de faire sienne (comme beaucoup d’autres du reste…), elle est ainsi  célébrée à travers le monde.
Et c’est donc tout naturellement que chaque pays y va de sa propre recette de beignets, gourmandise de prédilection en ce jour qui célèbre la fin de la semaine des sept jours gras, suivie le lendemain par le mercredi des cendres, journée marquant le début d’une période plus austère du carême, durant laquelle chaque chrétien est invité à manger “maigre”, comprenez sans viande.
Mardi gras était donc, à l’origine, un jour destiné à vider le garde-manger de tous les produits gras comme le lait, le beurre, les œufs, ou encore l’huile et la farine, ingrédients que l’on retrouve tiens donc... dans la confection du beignet !
Étonnant non ?!

Je clos ici mon interprétation toute personnelle de “la minute nécessaire de Monsieur Cyclopède”,  pour celles et ceux qui s’en souviennent (...autre savoureux souvenir de mon enfance !)

Je suis donc partie en quête de ma recette de beignets et côté beignets, il faut bien l’avouer, c’est l’opulence sur le net !  même si les ingrédients principaux sont à peu de choses près, sensiblement les mêmes : de la farine, des œufs, du sucre, du lait (même si certains lui substituent  la bière ou plus drastiquement l’eau).
C’est l'utilisation ou non de levure ( levain, levure sèche, chimique ou de boulanger), qui donnera le ton d’un beignet plutôt plat si l’on s’en passe (comme les merveilles et autres oreillettes) ou gonflés  à souhait comme les bugnes, churros ou douhgnuts…

Et dans cette ronde des beignets, chaque pays possède sa propre interprétation, et à y regarder de plus près les différences sont assez subtiles, et se situent principalement au niveau du grammage des ingrédients.
Du coup, je vous avouerais que j’étais  assez sceptique quant aux différences gustatives que j'allais trouver à l’arrivée néanmoins j’étais quand même curieuse de savoir en quoi cela changerait au final.

Pour faire mon choix, je m’étais fixée deux critères :
Privilégier une pâte qui tolèrerait les deux modes de cuisson envisagés : au four et en friture.
C’est ainsi que je me suis orientée vers des beignets à pâte briochée idéal en mon sens pour la cuisson au four.
et le 2ème critère : mon ressenti tout personnel !

Et comme on ne peut bien juger qu’en comparant, je me suis lancée dans la réalisation de  deux recettes :
Les bombolini italiens et les pazckis polonais aussi appelés ponchki ou pounchki.




Lors de la dégustation, j’ai été bluffée de constater combien si peu de différence dans le grammage des ingrédients pouvait donner en bouche une résultat si différent !
Car mis à part plus de lait (100ml en plus), d’oeuf (1 oeuf en plus) et de beurre (10g de plus) pour les pazcki,  les ingrédients étaient strictement les mêmes.

Même si la pâte des pazckis s’est révélée plus compliquée à travailler que celles de bombolini car plus souple, voire plus collante, le résultat après cuisson était une texture bien plus aérée donnant l’impression d’un beignet beaucoup plus léger et donc plus agréable à manger !

Comme l’a justement analysé mon petit gourmet, je cite : “ils ont le même goût mais le bomboloni est plus compact, plus dense en bouche et donc, ils sont moins agréables à manger.”

Alors Cuisson au four ou en friture ?

Puisqu’on était dans les comparaisons, j’avais envie d’y aller à fond et tester aussi deux méthodes de cuisson différentes.
Pour cette journée, je voulais opter pour des beignets un peu moins gras, du coup j’ai eu envie de tester la cuisson au four.
10mn de cuisson à 180°c ont suffit pour apprécier les beignets cuits au four.

Verdict ?

Les beignets cuits au four se révèlent délicieusement moelleux, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, goûteux, moins gras forcément et sont d’une couleur un peu plus palichonne.

Seulement voilà...ce n’est pas l’idée que je me fais des beignets de mardi gras !

Au four, on perd à mon sens les caractéristiques intrinsèques du beignet, à savoir le contraste entre un extérieur croustillant et doré et un intérieur moelleux.

Alors, adepte du healthy, bouchez vous les oreilles :
Vive  le beignet en friture !
Vive le gras !
...Après tout, c’est le jour ou jamais, non ?!

Je vous laisse avec la recette ci-dessous et vous souhaite un délicieux mardi Gras !




 
- Pazckis au beurre de poires -

Traditionnellement, ces beignets polonais sont fourrés de confiture de fraises ou de rose.
Mais pour l’occasion, et suite à la découverte faite il y a peu du beurre de pommes, j’ai eu envie de tester une version à la poire.
Eh bien les amis, grand bien m’en a pris !
...car je le trouve encore meilleur !!!
La finesse de la poire alliée à la délicatesse du sirop d’érable et à l'onctuosité du beurre... un mariage à trois certes, mais un mariage parfait !


Pour une trentaine de mini beignets
500 g de farine
85 g de sucre
85 g de beurre
3 œufs
30 cl de lait (soit 2 tasses à café)
18g de levure de boulanger fraîche
1cs de fleur d’oranger

Beurre de poires
1kg de poires (type comices)
100ml de sirop d’érable
90g de beurre doux

Idéalement, réalisez le beurre de poires la veille.
Épluchez les poires et découpez-le en morceaux.
Mettez-les dans le faitout et ajoutez le sirop d’érable.

Faites cuire à feu doux pendant 30mn jusqu’à l’obtention d’une belle compote. enlevez l’excédent de jus rendu par les poires. Rajoutez le beurre coupé en dés et prolongez la cuisson  d’environ 30 minutes à feu doux également.
À la fin de la cuisson, mixez le tout finement et remplissez les pots lavés et séchés. L’appel butter se conserve 3 à 4 semaines au réfrigérateur.

La pâte à beignets                                           
Préparez le levain. Émiettez la levure de boulanger dans un bol. Ajoutez 2 pincées de sucre et délayez avec un peu de lait tiède. Laissez reposer jusqu’à ce que de petites bulles apparaissent sur la surface.

Dans un saladier, versez la farine et le sucre. Mélangez et creusez un puits au centre. Versez-y les œufs préalablement battus, le beurre fondu, ainsi que le levain. Terminez en incorporant progressivement le lait tout en mélangeant. Pétrissez plusieurs minutes jusqu'à obtention d'une pâte homogène. Couvrez le saladier d'un linge propre et légèrement humide. Laissez reposer la pâte pendant 2 heures à température ambiante afin qu'elle double de volume.
               
   
                           
Disposez la pâte sur votre plan de travail fariné. Découpez la pâte en petites portions et façonnez des boules. Laissez reposer les beignets 1 heure à température ambiante.
                                           
La friture
Faites chauffer l'huile de votre friteuse. Plongez les beignets dans l'huile bien chaude. Laissez les dorer puis retournez-les afin qu'ils dorent sur la seconde face. Égouttez et disposez les beignets sur du papier absorbant. Saupoudrez de sucre glace.


Si comme moi, vous souhaitez fourrer vos beignets, versez le beurre de poires dans une poche munie d'une douille fine. Lorsque les beignets sont tièdes, garnissez-les délicatement en les perçant.
Vos pazckis n’en seront que plus gourmands !

Commentaires

Reema dsouza a dit…
Merci de nous apporter de la détente, votre site est merveilleux, je suis tous les jours dessus et j’en vois pas la fin tellement il y a des nouveautés.
Merci pour nous donner autant de bonheur !

Voyance gratuite par mail rapide

Articles les plus consultés