automne

mercredi 25 septembre 2013

"Le mercredi, c'est permis !" #3 : Les meringues au goût d'armor

-Port Saint Goustan, 9 mai 2013-

L’annonce de la venue de voiliers anciens nous avaient décidé à nous rendre, cet après-midi-là, dans ce petit port de plaisance du Morbihan...même si, entre nous, peu de raisons étaient nécessaires tant nous aimons à y flâner à chaque escapade bretonne.
Une fois n’est pas coutume, nous avions laissé la voiture dans le parking dédié aux visiteurs, abondamment occupé pour l’occasion,  festivités obligent !

Et peut importe, si pour rejoindre les quais il nous fallait déambuler dans le dédale de ruelles pour descendre vers le port afin d’admirer les voiliers d’un autre temps, bien au contraire !
Car dans chaque rue, les résidents mettent un point d’honneur à soigner leur devanture comme un signe de bienvenue au chaland de passage.
Tantôt rétro, tantôt cosy, la décoration se veut avant tout bretonnisante à souhait. Mais cet après midi là, une devanture n’échappa pas à l’oeil aguerri de mon fin petit gourmet et, je l'avoue, de sa maman. Derrière la fenêtre, on pouvait voir, trônant sous une cloche de cristal, de délicieuses meringues dont la multitude de couleurs laissait présager des parfums engageants.
Nous nous prenions déjà à rêver à l’élue de notre gourmandise, au solennel moment de la dégustation : le croquant de la coque qui céderait bien vite pour laisser le pas à la douceur fondante en bouche, à la saveur qu’elle dévoilerait  dans ce festival de sucre...

Mais voilà, la gourmandise est parfois bien peu de chose face à une fenêtre désespérément close. Alors, ravalant notre envie, la faim au ventre et la gourmandise en bandoulière, nous passâmes notre chemin, tentant de noyer nos rêves de meringues au son des binious.
Mais rien n’y fit, ni les somptueux voiliers, ni la succession d’animations, pas même les bigoudènes enchaînant les danses, car sitôt le départ s’annonçant, la seule chose qui occupait déjà nos pensées étaient ces petits morceaux de bonheur que nos regards avaient croisé tantôt et dont mon petit gourmand s’était empressé de raconter toute l’histoire à son grand frère. Nous n’étions donc plus deux mais bien trois à remonter fébriles la ruelle, avec une question taraudant chacun d’entre nous : seraient-elles encore là ? 



Nos attentes furent récompensées car en arrivant à la hauteur de la dite fenêtre, elle étaient encore là, délicatement protégé dans leur écrin de cristal, s’offrant à nos regards d’ores et déjà conquis !
Et il faut croire que la vie est décidément bien faite, lorsque le nez collé à la vitre mes deux petits gourmets eurent un mouvement de recul lorsque, surpris, la cloche se mit à bouger,  s’ouvrant et se fermant dans un mouvement régulier qu’on pouvait deviner derrière la fenêtre, comme une invitation  à la dégustation : “Mangez-moi, mangez-moi !”
C’est alors que tout s’enchaîna : une main s’empara de l’objet de leur convoitise pour le faire disparaître sous leurs yeux médusés, la porte s’ouvrit, et la cloche délicieusement garnie s’avançait vers nous portée par une main salvatrice !
Alors la cloche d’une main, le portable de l’autre, c’est du regard que l’homme invita mes enfants à choisir l’une d’elles.
Il se tourna ensuite vers moi, renouvelant l’invitation que je devais décliner mue par une stupide et déplacée politesse. Et l’homme eut cette phrase magnifique “ces meringues n’ont d’unique raison que d’être partagées, voilà pourquoi je les confectionne et les expose aux regards des passants...” 
Une belle leçon de gourmandise à n’en pas douter...
Mes enfants ayant chacun jeté leur dévolu sur la couleur de leur choix, nous remerciâmes chaleureusement le généreux inconnu qui s’éclipsa aussi discrètement qu’il était apparu,  nous laissant tout à la dégustation de l’objet de notre convoitise. En lichouse avertie, je me devais de goûter à chacune, croquante et fondante, délicieusement parfumée, la dégustation était à la hauteur de l’attente... Je faisais alors la promesse à mes deux petits gourmets de leur confectionner dès notre retour quelques meringues pour leur prochain goûter...




 Meringues à la rose et à la violette

Pour environ 50 meringues 
4 blancs d’œuf
200g de sucre en poudre
quelques gouttes de jus de citron
1 pincée de sel 
Quelques gouttes de colorant violet
Quelques gouttes d’arôme naturel de violette
Quelques gouttes de colorant rose
Quelques gouttes d’arôme naturel de rose


Après avoir laissé vieillir les blancs pendant au moins 1 bonne semaine, (les meringues ne s’en tiendront que mieux), versez les blancs dans un saladier avec une pincée de sel et quelques gouttes de jus de citron. Commencez à fouetter les blancs à petite vitesse.
Lorsque les blancs deviennent mousseux , incorporez 2cs de sucre. Ajoutez progressivement le sucre jusqu’à épuisement de ce dernier et augmentez la vitesse de votre robot au dernier moment. Vos blancs sont fin prêts lorsqu’ils sont serrés, on dit qu’ils forment des becs d’oiseau, ils sont bien fermes. En tout vous devez avoir battu vos blancs pendant au moins 10mn.

Séparez vos blancs dans 2 bols. Dans chacun, ajoutez l’arôme et le colorant correspondant. Remuez délicatement
Préchauffez votre four à chaleur tournante à 80°
Sur du papier sulfurisé ou un tapis en silicone sur une plaque allant au four, réalisez à l’aide d’une poche à douille, des tas de petite taille ( de manière à pouvoir les manger en une seule bouchée), dressez-les en quinconce. Veillez à bien espacer chaque meringue afin qu’elles ne se collent pas entre elles à la cuisson.
Enfournez pour environ 2h dans la partie basse du four.

Laissez vos meringues refroidir avant de les stocker.
Les meringues se conservent quelques jours dans une boite hermétique. 
Attention, elles sont très sensibles à l’humidité, une fois à température ambiante, les meringues ramollissent et deviennent collantes.

7 commentaires:

Alazais a dit…

Très jolie tes meringues! Tes photos donnent envie de venir dans le Morbihan!

Babeth De Lille a dit…

superbes!...;je n'en avais jamais vu de si flashy!...

Gourmandises Chroniques a dit…

Merci Alazaïs ! Et si tu ne connais pas le Morbihan, fonce ! je suis sûre que tu vas tomber sous le charme ;-)

Gourmandises Chroniques a dit…

@beth, j'ai eu la main généreuse ^^ sur le colorant, d'où la couleur soutenue ! Il suffit d'en mettre un peu moins pour une couleur plus nuancée ;-)

ptitecuisinedepauline a dit…

Superbes ces petites meringues!

lora a dit…

bonjour je trouve votre site superbe je cherche justement a créer un site qui j’espère sera aussi bien que le votre toutes mes félicitations très bon travail

voyance par mail

voyance gratuite mail a dit…

Je vous remercie pour cette superbe recette, elle est vraiment facile et surtout délicieuse. Je vais absolument l’essayer.
Merci encore à vous !

voyance par mail gratuite

Enregistrer un commentaire