Printemps

dimanche 26 février 2012

Yummy n°7 est en ligne, demandez le menu !


Même si le soleil est de nouveau au rendez-vous et si les jours semblent rallonger à vue d’œil, nous n’en avons pas encore fini avec l’hiver pour autant !
Alors pour en prendre son parti de  la plus délicieuse manière qui soit, je vous propose de plonger toutes papilles et pupilles ouvertes dans le nouveau numéro du Yummy Magazine !

Au menu de ce 7ème numéro, fruits et légumes de saison sont de rigueur, et poireaux et agrumes à l’honneur, avec un grand choix de recettes pour les savourer de bien nombreuses manières !
 
Un menu Comfort food concocté rien que pour vous, à découvrir confortablement installés sous un plaid au coin du feu. Et histoire de réviser ces classiques, un tour d’horizon des pâtes à tarte pour varier les plaisirs...

Alba Pezone se met aux fourneaux pour nous délivrer les secrets de son osso buco, un plat qui invitera le soleil italien à votre table !

Et si toutefois, il vous prenait des envies d’ailleurs, faîtes escale en Grande Bretagne avec Pascale, pour découvrir l’irrésistible Coronation chicken, une véritable invitation au soleil avec ses saveurs sucrées salées ! Dépaysement assuré !

Notez que la Yummy Team s’étoffe en accueillant trois nouvelles gourmandes, Garance, Julia et Sandra : Bienvenues ! 

En attendant le prochain  numéro pour lequel vous pouvez d’ores et déjà proposer vos recettes jusqu’au 31 mars (légumes primeurs, rhubarbe, amandes et pasta...moi je dis ça sent bon le printemps tout ça !), je vous laisse celui-ci entre les mains à déguster, comme toujours, sans modération !
 
Belle lecture gourmande à tous !
 
Pour le feuilleter en ligne : Cliquer ici
Pour le télécharger : Cliquer ici

mardi 21 février 2012

A Mardi Gras, on vous promet bugnes et merveilles !

  
…Mais attention ! 
 Pour séduire le plus grand nombre, on y met les formes :
Losange, triangle, rond ou bien carré !
Gourmandise à géométrie variable, en somme…et aléatoire, bien souvent !
Mais qu’importe la forme, pourvu qu’elle soit carnavalesque !
Et pour cause : le beignet est LA douceur officielle de l’événement !

Côté nom, chaque région met le beignet à sa pâte :
Bugnes à Lyon, bignons dans l’Allier, beugnons en Berry, 
Merveilles à Bordeaux, oreillettes en Provence et dans les Landes, 
Roussettes en Beauce, frivoles en Champagne Ardennes, fantaisies à Dijon, 
Pets de nonnes en Touraine, bottereaux en Anjou et à Nantes…

Tous les noms sont bons pour fêter, comme il se doit, le dernier jour de Carnaval (période courant de l’Epiphanie à Mardi Gras) ainsi que le dernier des sept jours gras trouvant son point d’orgue en ce Mardi gras.
« Gras », car, comme le voulait la tradition, ainsi devait manger chaque chrétien pour se préparer au Carême,  jeûne qui débutait le lendemain, mercredi des Cendres, et devait durer 40 jours (Carême -du latin « quadragesima » signifiant  quarantième) jusqu’à Pâques.


Et ces petits beignets étaient une habile manière d’utiliser les réserves de beurre, d’huile et d’œufs dont chacun allait être privé pendant cette période.
Alors en ce jour de Mardi Gras : A vos beignets Messieurs Dames !
Et si vous le voulez bien, la bordelaise que je suis fera des Merveilles en cuisine !


Merveilles au citron bergamote

Ingrédients
3 œufs
350g de farine
2cs de sucre (environ 40g)
1/2cc de sel
60g de beurre mou
Zeste de 2 citrons bergamote


Zester vos citrons bergamote, pour moi ce sera avec ma râpe Microplane (elle aussi une merveille à sa manière !)
Mélanger le zeste au sucre et laisser reposer 15mn pour que le sucre s’imprègne bien de son parfum.
Casser les œufs dans le bol de votre robot. Mélanger avec le sel et le sucre parfumé au zeste de citron bergamote à l’aide du fouet.
Rajouter le beurre mou. Puis ajouter la farine (tamisée pour ma part) en remplaçant le fouet par la feuille. Mélanger jusqu’à obtention d’une pâte homogène.
Couvrir et laisser reposer 3 heures à température ambiante.
Fariner votre plan de travail. Ne travailler qu’1/4 de pâte à la fois pour éviter que le reste ne sèche.
Abaisser la pâte sur 5mm d’épaisseur environ. A l’aide d’une roulette à pâtisserie, découper des bandes et former des losanges ou toute autre forme si vous le désirez.
Faire chauffer une bonne quantité d'huile de friture La température idéale pour un bain de friture pour des beignets se situe entre 160 et 175°. Quant au choix de l’huile : huile d’arachide, de tournesol, d’olive et de pépins de raisin sont à privilégier pour leur résistance  aux hautes températures.  Personnellement, j’ai opté pour cette dernière, réputée plus digeste.  
Quand l’huile est arrivée à température, plonger vos morceaux de pâte, qui vont rapidement remonter à la surface et gonfler. Les saisir de chaque côté (normalement 30 secondes à 1mn suffisent) et les retirer à l’aide de votre fidèle allié l’écumoire. Les déposer sur le papier absorbant pour récupérer l’excédent d’huile.
Attendre que les beignets tiédissent avant de les saupoudrer de sucre, sinon chaud, ils risqueraient de boire le sucre.
Répéter l’opération jusqu’à plus pâte.
Les merveilles se dégustent tièdes ou froides, et se conservent facilement 1 semaine dans une boîte métallique.

mardi 7 février 2012

Mordus de brioche Versus froid mordant ou la brioche à l’huile d’olive de Christophe Michalak


Alors qu’il y a 3 semaines, je vous servais une soupe en rêvant de goûter un véritable hiver, souvenez-vous
Force est d’admettre qu’il a bel et bien pris ses quartiers sur notre vieil hexagone, la neige en prime dans mon petit coin de France !


Et c’est bel et bien à l’appel de cette dernière que les enfants cèdent à cœur joie, faisant fi du froid redoutable qui ne tardera pas à les cueillir dans son souffle glacial, après quelques parties de boules de neige endiablées, deux, trois glissades inopinées ou non et une ébauche de bonhomme avortée.
Ils rentreront tout penauds, heureux et transis, cédant à la rigueur du froid et à l’appel de leur ventre...affamés de s’être tant dépensés.


Ainsi pour rompre le cercle hivernal, à l’intérieur ils trouveront, chaleur et réconfort...
...leur gourmandise piquée au vif, par les formes girondes d’une brioche alléchés.

Une brioche délicieusement moelleuse à la mie aérée, 
Délicatement ouatée au diapason avec le temps, 
Roborative à souhait, suffisamment pour envisager l’idée d’une nouvelle ballade.


Subtile et raffinée, l’emploi de l’huile d’olive en fait toute son originalité. 
Aussi, la préférer de première qualité, elle confèrera ainsi à votre brioche un parfum inégalée.

...Quelques miettes de gourmandises pour braver les flocons au dehors…


Conseil d’expert en gourmandise pour prendre le froid de vitesse : 
Mordre la brioche à pleines dents avant que ce soit lui qui ne vous morde !


...Alors on résiste au froid hostile et l’on ouvre les festivités !



 Brioches à l'huile d'olive de Christophe Michalak


Ingrédients pour 8 brioches individuelles 
réalisées dans des moules silicone à briochettes


380g de farine T55
6g de sel fin
60g de sucre semoule
20g de levure fraîche
260g (soit 26cl) de lait entier
70g (soit 7cl) d’huile d’olive, choisir une huile de très bonne qualité. Pour moi ce sera la marque italienne « Il Cavallino » que je trouve chez mon traiteur italien.
1 œuf pour la dorure
50g de sucre perlé
25g de graines de sésame

Dans la cuve de votre robot muni ans une premier temps de la feuille, versez la farine, le sel et le sucre. Puis ajoutez la levure diluée dans un peu de lait, le restant de lait et enfin l’huile d’olive. Remplacez la feuille par le crochet et mixez durant 2mn.
Laissez reposer la pâte 1 heure durant à température ambiante en prenant de couvrir la préparation d’un linge.
Rabattre le tout (dégazer) puis laissez de nouveau reposer la pâte 1 heure durant au réfigérateur cette fois-ci.
Détaillez des morceaux d’environ 70g, puis les façonner en boule. La pâte est un peu collante donc n’hésitez pas à saupoudrer légèrement votre plan de travail de farine.
Disposez les boules de pâte dans vos empreintes et les laissez-les pousser à température ambiante jusqu’à ce qu’elles atteignent le double de volume ( environ 1 heure)
Astuce : A ce stade, au lieu de les laisser lever à température ambiante, je les mets de nouveau  dans le réfrigérateur et les laisse ainsi pousser tranquillement toute la nuit (le froid ralentie la levée).

Avant la cuisson, battre l’œuf en omelette, puis dorez la surface des brioches à l’aide d’un pinceau. Saupoudrez de grains de sucre perlé et de sésame. Cuire dans un four préchauffé à 180°c, pendant environ 15mn, jusqu’à ce qu’elles se parent d’une jolie couleur ambrée.
Vous pouvez conserver ces brioches quelques jours dans une boîte métallique et les réchauffer un peu avant dégustation.

Cette recette est extraite du livre de Christophe Michalak « Les desserts qui me font craquer ». 
Pour la petite histoire, Christophe Michalak confie qu’il s’agit là de la brioche la plus originale qui lui ait été donné de goûter, recette de la Maison Troisgros à Roanne tenue par Michel Troisgros et sa femme Marie Pierre.

Christophe Michalak, nous invite à des variantes en remplaçant l’huile d’olive par de l’huile de noisettes ou encore de truffes. 
...Alors laissez libre cours à votre gourmandise !