Automne

lundi 19 septembre 2011

Cultiver l’art de la patience et les tomates confites façon Reine Sammut


A tous les détenteurs d’un lopin de terre, heureux propriétaire d’un carré gourmand, que vous soyez novice ou confirmé, ce n’est pas à vous que j’apprendrai qu’un jardin est l’école de la patience par excellence !
 En effet, le verbe attendre semble faire partie des leitmotive qu’il ne faut jamais perdre de vue lorsque l’on nourrit quelque prétention potagère…
En hiver, attendre des jours meilleurs où la terre, pour l’heure solide comme le roc, se laissera retourner à pleine bêche au prix d’efforts laborieux.
Le printemps venu, attendre de voir sortir de terre les petites graines consciencieusement plantées, promesses de légumes et de mets en devenir.
Enfin attendre et attendre encore, entre un binage et deux arrosages (règle d’or du jardinier averti)… pour peu que l’on ait attendu, sans jamais le voir venir, le climat rêvé de tout jardinier fait d’une juste alternance entre chaleur et pluie, aux bonnes périodes de l’année qui plus est ! (Car il faut bien se l’avouer : oui le jardinier est exigeant...ceci dit, pas tant que son légume !)
Enfin, à force de patience et de bons soins, le légume attendu comme le Saint Graal, arrive enfin à maturité !
Mais chose étonnante, ou pied de nez de la nature allez savoir, ce dernier, l’avez-vous remarqué, ne souffre quant à lui aucune attente ! Et comme de fait exprès, chaque légume met un point d’honneur à mûrir de concert avec ses congénères ! Aussi, pauvre jardinier que nous sommes, assistons-nous bien impuissant qui à un festival de tomates, ici à un débordement intempestif de courgettes, ou là encore à une profusion de haricots,  lesquels s’y on les observait de plus près, nous paraîtrait pousser à vue d’œil !
Ces chers légumes, qui plus est,  si nous ne nous décidons pas à les cueillir sur le champ, nous priveront sans aucun scrupule de leurs délices, se gâtant jusqu’à l’altération ultime. Ou pire, offriront leur chairs en pâture à d’autres convives à l’affût ! Entre les pigeons délaissant pour un temps leurs voyages et les pies mettant en suspens leurs bavardages, les intéressés rodent, tapis dans l’ombre et sont légion !
Il nous faut donc, sans plus attendre, retrousser nos manches, enfiler nos bottes et nous jeter à corps perdu dans la cueillette, la récolte, l’écossage ou encore l’équeutage, véritable course contre la montre que voilà ! Et en un temps record, transformer le légume de notre labeur en des mets divins à savourer sur le champ ou à conserver pour les jours d’hivers, durant lesquels, court et rigoureux répis,  nous n’aurons rien d’autre à faire qu’attendre et déguster…

Tomates confites façon Reine Sammut

Ingrédients 
2 kilos de tomates (ici des tomates cerises rouges et jaunes et des tomates poires jaunes et rouges, mais d’autres variétés de tomates feront tout aussi bien l’affaire, l’important étant que celles-ci soient bien mûres !)

2 gousses d’ail coupées en fines lamelles.
1 bouquet d’origan
2cs d’huile d’olive
10g de sucre en poudre
Une pincée de fleur de sel

Couper les tomates dans le sens de la hauteur en deux pour les petits calibres (tomates cocktail, cerise ou poire) en quatre pour les autres. Enlever les pépins avec les doigts et aplatir légèrement la chair. Disposer les moitiés ou quartiers de tomates sur la plaque de votre four recouverte d’une feuille de papier sulfurisé. Saupoudrer d’un peu de sel, de sucre et d’origan, puis déposer sur chaque tomate une lamelle d’ail. Arroser d’un filet d’huile d’olive et faire dessécher à feu très doux (100°c) pendant plusieurs heures.  Compter environ 2 heures pour les petits calibres et au moins 4 heures pour les plus gros. N’oubliez pas de les retourner à mi cuisson !

Méthodes de conservation

Congélation
Attendre que les tomates refroidissent, puis tout en les laissant sur la plaque du four, disposez-les dans votre congélateur, une fois durcies, les mettre en sachet. Vous pouvez les conserver ainsi durant 6 mois. Pour une conservation plus longue, optez pour la mise en conserve.

Conserve
Disposer vos tomates confites dans des bocaux que vous aurez pris soin de nettoyer et de stériliser (10mn dans un four à 100°c) et les recouvrir d’huile d’olive. Stériliser les pots bien fermés en les plongeant dans l’eau bouillante durant 30mn après le début de l’ébullition. Elles se conservent ainsi sans problème plus d’une année.




15 commentaires:

Rosita Vargas a dit…

Muy exquisiditos lucen absolutamente deliciosos y bellos,abrazos.

Dominique a dit…

Une excellente façon de capturer un peu de soleil pour les saisons à venir! Merci, bonne journée...

delphcotecuisine a dit…

j'en ai l'eau a la bouche ...
gros bisous
Delphine

trinidad a dit…

de l'extrait d'été !!!

Stéphanie a dit…

Magnifique ! Mais attendre, attendre, attendre... c'est... rude pour l'impatiente que je suis ! Quoique la cuisine, souvent, nous fait découvrir nos ressources insoupçonnées... J'y goûterais bien à tes tomates, à défaut de les faire pour l'instant ;)

Tit' a dit…

Patience et longueur de temps, etc. Sais-tu que tu as le conservatoire de la tomate à quelques encablures de chez toi ? Y faire un saut et y acheter quelques graines ou plants pour l'an prochain, c'est une idée, nan ? :)

Agnes a dit…

ça tombe bien, j'ai quelques restes du jardin dont je ne sais plus quoi faire et comme cette recette me plaît beaucoup....
belle journée

Gourmandises Chroniques a dit…

Muchas gracias Rosita :-)
Dominique et Marie : Oui toujours conserver une dose d'été pour braver la rigueur de l'hiver à venir, ça peut servir ^^
Delphine :hé hé ! ;-)
Stéphanie : Tu as devant toi Madame impatience en personne, mais je n'ai jamais le dernier mot avec mon potager ^^
Tit' : Pas encore mis les pieds au château de la Bourdaisière pour le moment, je loupe méthodiquement chaque année le festival de la tomate, qui tombait cette année en même temps que celui d’Oloron … J’ai un peu peur de devenir hystérique dans un endroit pareil et d’être prise d’achat compulsif de petites graines ^^
Agnès : C'est le moment d'en profiter !

Mercotte a dit…

bonne observation , ma belle fille est envahie de haricots verts et de framboises en ce moment vive les conserves et confitures de fin de saison !! j'aime bp ton texte, tu es une observatrice enjouée !

gracianne a dit…

Je crois que je vais t'imiter - ton pot de tomates est si joli :) et je suis dans les bocaux moi aussi en ce moment.

Gourmandises Chroniques a dit…

Merci Mercotte ! je crois en effet qu'"enjouée" est mon 2ème prénom, ce qui à la longue peut être fatiguant, pour moi mais surtout pour les autres ^^
Gracianne : Pour tout te dire, j'en ai congelé une moitié pour ma consommation perso (je trouve ça moins gras) et la 2ème en conserve pour des petits cadeaux gourmands ^^

Gen a dit…

Une belle couleur en tout cas, c'est l'été dans un un écrin!

amour de cuisine a dit…

ca doit etre bon,je n'ai jamais essayer

Patrick Cadour a dit…

Exactement la recette que j'utilise avant de quitter les lopins de mes amis bretons... sauf que je mets du sel de mer normal, la fleur de sel perd en effet ses arômes en cuisant ou même séchant, c'est plus un condiment de dernier moment qu'un agent de sapidité, comme on dit sur les étiquettes.

Géraldine a dit…

Ce blog est vraiment un pur délice pour les yeux et les papilles!
Bravo!

Enregistrer un commentaire