Eté

jeudi 6 janvier 2011

Epiphanie : Un craquelin en guise de galette des rois bordelaise


Il est des voyages que l’on fait sans billet, sans bagage, sans même l’idée qu’on allait voyager. Des recettes comme autant d’aller simple à moindre coût, de décollage immédiat, d’attention au départ !
Ce fut le cas,  le jour où j’ai mordu à pleine dent dans mon premier craquelin (merci Canelé !), j’étais loin de me douter que celui-ci me conduirait chez moi, dans ma région, celle que j’ai quitté il y a plus de 15 ans, mon port d’attache, mon Aquitaine, ma région bordelaise. La destination spéciale du jour fut la galette des rois bordelaise ou plutôt la couronne des Rois puisque chez nous c’est bien de brioche qu’il s’agit. Car avant d’émietter les petites parisiennes frangipanées ou carrément sèches, il paraît que ça se fait…, j’ai goûté aux bordelaises embriochées  avec leurs formes girondes et leur parfum d’oranger. Enfant je ne connaissais qu’elles, les traditions étant bien préservées, les parisiennes n’avaient alors pas droit de cité sur les étals des pâtissiers. Aujourd’hui, ouverture des frontières gourmandes obligent, toutes les galettes cohabitent joyeusement, les frangipannées, les embriochées et les sèches qui ont aussi leurs amateurs. Mais cette année, doit-on y voir un signe de nostalgie, ma galette aura les saveurs de ma terre natale, la blondeur des dunes de sable du bassin, les formes girondes aussi attrayantes que l’accent du pays et la saveur sucrée aussi réconfortante que la douceur de vivre de mon bordelais.




Craquelin

Ingrédients
300g de farine
18cl de lait
2 jaunes d’œuf
70g de beurre
40g de sucre
1 sachet de levure boulangère
1cc de sel
2 cs de fleur d’oranger
60g de sucre perlé
1 fève

Pas à pas
Mettez  tous les ingrédients dans la cuve de la machine à pain, selon l'ordre indiqué dans la liste : 18 cl de lait, 1 jaune d'œuf, 1 cuillerée à café de sel, 70 g de beurre coupé en dés, 40 g de sucre, 300 g de farine, 1 sachet de levure boulangère déshydratée. Sélectionnez le programme "pâte" de votre MAP.
A la fin du programme, la pâte doit avoir doublé de volume, déposez-la sur le plan de travail légèrement fariné puis travaillez légèrement la pâte, et ajoutez les 60 g de sucre perlé et la fève. Si, comme moi, vous avez oublié de glisser la fève dans la pâte, rien n'est perdu, mais vous devrez attendre que votre galette soit cuite et refroidie afin d'y cacher la fève à l'intérieur. Formez une boule, glissez votre fève et déposez-la dans un moule à manqué beurré et fariné.
Laissez lever la pâte dans un endroit tiède 21 à 23° a l'abri des courants d'air, en recouvrant le récipient d'un torchon propre. La pâte doit doubler, il faut environ 2 heures de levée.
5 à 10 minutes avant la fin, préchauffez le four à 180°. Délayez le jaune d'œuf avec une cuillère à soupe de lait et badigeonnez délicatement la brioche au pinceau. Parsemez de quelques graines de sucre sur le dessus.
Enfournez pendant 20/25 minutes.
La brioche doit dorer uniformément. Démoulez la brioche une fois refroidie.


13 commentaires:

Birgit a dit…

En effet ça donne très envie. Ma grand mère nous faisait la mouna à Pâques parfumée à la fleur d'oranger, version pied noir de ton craquelin. Je sens qu'aujourd'hui on va découvrir de belles recettes bien gourmandes.
Bises

trinidad a dit…

très jolie ambiance ! je compte sur tes talents culinaires et photographiques pour Yummy !!!

garance a dit…

c'est amusant je fais une autre version de craquelin mais c'est une pâte feuillétée ,je vais essayer de te retrouver ma recette sur mon blog ...
Garance

canelé a dit…

Oh quel bel histoire avec mon craquelin. Pour nous c'est la seule entorse à bordeaux on est galette frangipane :)))Merci bisous

Kim a dit…

Je ne connais pas vraiment ce type de craquelin, mais j'aime bien! Bonne journée!

Gourmandises Chroniques a dit…

Birgit : Mon beau papa était le seul pâtissier de Châteauroux à faire des mounas :-)
Marie : j'espère bien porter ma pierre à l'édifice Yummy ^^
Garance : Je suis curieuse de découvrir ta version de craquelin :-)
Canelé : Moi aussi j'aime bien la galette mais aujourd'hui c'est un retour aux sources !
Kim : Essaie tu verras, c'est simple à faire et délicieux :-)

Hélène (Cannes) a dit…

Lorsque je suis arrivée ici, dans le Sud, je ne connaissais que la galette à la frangipane ... en bonne parisienne ! ;o) Depuis, j'ai découvert le moelleux de la couronne en brioche parfumée d'une touche de fleur d'oranger ... Elle ressemble à ton craquelin mais se couvre, en plus du sucre casson, de gros quartiers de mandarines confites ... Mmmmm .... Bon, je pique une portion de ton craquelin en passant ... Il a l'air terrible ! ;o)

Bisous et bonne soirée
Hélène

joyeux a dit…

Ma préférée!!

Nanne a dit…

Merci pour cette recette je la tente cet après midi

Jose Ramon Santana Vazquez a dit…

...traigo
sangre
de
la
tarde
herida
en
la
mano
y
una
vela
de
mi
corazón
para
invitarte
y
darte
este
alma
que
viene
para
compartir
contigo
tu
bello
blog
con
un
ramillete
de
oro
y
claveles
dentro...


desde mis
HORAS ROTAS
Y AULA DE PAZ


COMPARTIENDO ILUSION


CON saludos de la luna al
reflejarse en el mar de la
poesía...




ESPERO SEAN DE VUESTRO AGRADO EL POST POETIZADO DE ALBATROS GLADIATOR, ACEBO CUMBRES BORRASCOSAS, ENEMIGO A LAS PUERTAS, CACHORRO, FANTASMA DE LA OPERA, BLADE RUUNER Y CHOCOLATE.

José
Ramón...

delphcotecuisine a dit…

tres beau blogs et des photos superbes
bises gourmandes
Delphine

Gourmandises Chroniques a dit…

Christelle : On n'est pas bordelaises pour rien ^^
José : No he entendido todas la palabras de la poesia pero muchas gracias por los complimentos y bienvenido aqui :-)
Delphine : merci et bienvenue :-)

Laurent a dit…

Ah, je ne suis pas le seul à aimer les brioches bordelaises pour l'épiphanie... Me suis fait avoir l'autre fois, j'avais oublié qu'il y avait une fève dedans...

Enregistrer un commentaire