Printemps

dimanche 24 octobre 2010

Le rituel des lundis de mon enfance et sa variante : Chausson pommes-passion


Il est des rituels qui restent bien ancrés, des souvenirs indéfectiblement gravés.

Chez mes grand- parents, si chaque jour de la semaine avait sa recette attitrée, il avait aussi son occupation toute dédiée. Ainsi le lundi était jour de courses, quoi de plus normal en effet, de débuter la semaine en garnissant les étagères ?

Alors tous les lundis après l’école, munis de la liste de circonstance, nous prenions place dans la voiture : Ma miss Daisy de grand-mère à mes côtés, sur la banquette arrière, juste derrière mon chauffeur de grand père, le chapeau sûrement vissé sur la tête, à défaut de la casquette de l’emploi. Et nous voilà en route vers le super marché, qui au cours des 3 dernières décennies, fut baptisé, débaptisé rebaptisé, tantôt Cosmos, Hypercosmos, Leclerc pour se reconvertir en paradis pour bricoleurs néophytes et avertis. Ces temples de la consommation pour certains n’étaient, pour mes grand parents, qu’un lieu de réapprovisionnement où l’improvisation n’était pas de mise, le strict nécessaire figurant sur la liste à laquelle on ne dérogeait guère.

Bien souvent, un caddy en dit long sur les habitudes alimentaires de chacun. A l’époque on pouvait, à travers les packs d’eau envahissant le caddy, les boîtes de pâté Hénaff empilées dans un équilibre précaire et les paquets de pâtes sûrement calés, deviner les blessures d’un autre temps, percevoir les cicatrices laissées par des années de disettes et de périodes de rationnement. Oui, on pouvait lire à caddy ouvert, dans ce chariot trimballant de sombres stigmates au beau milieu des provisions.

Pourtant une catégorie d’aliments figurée aux denrées absentes : les produits frais.

Car si l’habitude de faire ses courses dans les supermarchés était rentrée dans les mœurs, même des personnes de cette génération, le rituel du petit commerçant était encore bien ancré dans les habitudes de chacun. Aussi, la viande s’achetait à la boucherie, les fruits et légumes manquant au potager chez le primeur et pour les produits laitiers manquants, inutile de se précipiter au supermarché, il suffisait d’attendre patiemment que se fasse entendre le petit klaxon du camion de la laitière, pour réparer l’oubli.

Les courses terminées, une dernière escale nous attendait, gourmande celle-ci, chez le pâtissier du coin, où malgré la multitude de mignardises livrées en pâture à mes pupilles d’enfant, seul n’avait grâce à mes papilles que mon rituel chausson aux pommes, habitude bien encroûtée me direz-vous… Il s’agissait ensuite de s’en délecter dans les règles. Tout un art que de manger un chausson digne de ce nom, où le croustillant extérieur ne doit avoir d’égal que le fondant intérieur. Le but de la dégustation étant de minimiser les pertes ! D’en venir à bout sans l’émietter de trop, ni que la compote ne se répande par l’un ou l’autre des côtés croqués. Car un chausson digne de ce nom, se doit d’être garni comme il se doit à savoir, généreusement en langage gourmand !


- Chausson pommes passion -

Ingrédients pour 4 chaussons

Pâte feuilletée 100% naturel

Compote pommes-passion

1 jaune d’œuf

1 peu d’eau


Pas à pas pour la compote pommes-passion

7 à 8 pommes reine des reinettes

3 fruits de la passion

Du sucre

Epluchez, retirez le cœur et couper vos pommes en morceaux.

Les mettre dans une casserole avec un fond d’eau.

Couvrir et mettre à feu moyen environ 15mn. Remuez de temps en temps.

Pendant ce temps, coupez les fruits en deux, grattez l’intérieur en prenant soin de ne pas prélever la peau blanche.

Lorsque les pommes sont ramollies, et qu’elles sont translucides, c’est qu’elles sont cuites. Saupoudrez avec l’équivalent de 2cs de sucre et intégrez la chair des fruits de la passion à la compote de pommes.

Pour la réussite des chaussons, il faut que la compote soit bien desséchée. Prolongez donc la cuisson sans le couvercle pour évacuer un maximum d’humidité et surveillez afin que ça n’attache ni ne caramélise. Comptez 5 à 10mn. Laissez refroidir.

Pour déguster la compote : 5 mn de cuisson sans couvercle suffisent après l’ajout de sucre. Ainsi la compote reste un peu juteuse tout en ayant un petit côté confit. Je ne mixe, ni n’écrase ma compote, il reste des morceaux. C’est comme ça que nous l’aimons à la maison.

Pas à pas pour les chaussons

Sortir la pâte feuilletée du frigo (elle est plus facile à travailler quand elle est froide).

L’étalez. Découpez des cercles à l’aide d’un emporte pièce de 10cm de diamètre (après tout dépend votre niveau de gourmandise !)

Badigeonnez les bords avec du jaune d’œuf et un peu d’eau (afin de bien coller les extrémités).

Déposez une belle cuillérée à soupe de compote au centre et refermer.

Repliez la pâte sur elle-même pour former un demi-cercle.

Collez les bords en appuyant avec les doigts. L’étape de la fermeture est capitale, des bords mal soudés et c’est toute votre garniture qui va s’écouler à l’extérieur du chausson à la cuisson.

A l’aide d’un découpoir du même diamètre que l’emporte pièce, décorez joliment les bords de vos chaussons. Sur le dessus de chaque chausson, badigeonnez de la dorure (mélange jaune d’œuf et eau) avec un pinceau et ciseler légèrement e croisant, attention à ne pas transpercer la pâte.

Enfournez dans un four préalablement préchauffé à 200°c ce qui va permettre aux chaussons d’être saisis et de gonfler. Faire cuire 15 à 30mn (cela dépend de la grosseur de vos chaussons, pour ce diamètre 15mn sont suffisantes).

Blabla futile et gourmand à la fois :

Pour déguster la compote : 5 mn de cuisson sans couvercle suffisent après l’ajout de sucre. Ainsi la compote reste un peu juteuse tout en ayant un petit côté confit. Je ne mixe, ni n’écrase ma compote, il reste des morceaux. C’est comme ça que nous l’aimons à la maison.

Pépins des fruits de la passion : Un fruit de la passion est composé de pépins entourés de pulpe. Je les ai laissés dans ma compote, mais pour celles et ceux qui seraient gênés par le croquant des pépins, vous pouvez extraire la pulpe des fruits de la passion en mettant le contenu du fruit dans une passoire et à l'aide d'une maryse ou d'une cuillère en bois, pressez la chair. Le jus va tomber au fond du saladier et les pépins restés dans la passoire.


jeudi 21 octobre 2010

Salon du Chocolat : Les résultats !


Oyez Oyez grands gourmands !

Le jour tant attendu des résultats est arrivé !
Vous avez été nombreux à vous prendre au jeu et je vous en remercie : vous avez été parfaits !
Le choix fut rude mais je me suis, comme bien souvent, laissée guider par mes papilles pour désigner les deux clichés qui m’ont fait le plus craquer, les voici :

Bravo à Pénélope !

...Et à Marie

Chacune de vous remporte une entrée gratuite au bien nommé Salon du Chocolat, antre de la gourmandise par excellence, où les narines vont pouvoir à loisir s’enivrer, les yeux s’extasier et les palais se délecter.
Pensez à me communiquer rapidement vos adresses afin de recevoir vos précieux sésames !
Un grand merci à mon partenaire, le Salon du Chocolat qui m’a permis, le temps d’un concours, de me transformer en fée Cabosse et exaucer le vœu de deux d’entre vous : Déambuler dans les allées truffées de plaisirs gourmands, et se laisser mener par le bout du nez, par les effluves cacaotés alléchées !
Je vous souhaite un délicieux salon gourmand !

mardi 12 octobre 2010

Un cliché chocolaté pour deux invitations à gagner pour le Salon du Chocolat !





On a tous nos souvenirs chocolat,

Procurant en nous, cette petite part d’émoi

Qui nous fait nous pâmer pour un seul de ces carrés.

A laisser fondre ou à croquer :

A chacun sa technique de gourmet !

Mais quand fèves, pistoles et mendiants se transforment en alibis gourmands,

Il ne nous reste plus qu’à plonger dans nos souvenirs cacaotés :

De la tablette dérobée pour un moment gourmand volé,

De nos doigts chocolatés dont on se délectait,

Ou de nos babines qui trahissent à coup sûr nos flagrants délices…

Alors noir, blanc ou encore au lait,

A chacun sa formule,

Pour du bonheur au carré.

Les choix sont multiples et le plaisir assuré !

Car, quand le carré se fait madeleine assurément,

Les émois gourmets nous reviennent aux papilles suavement…

Et tous ces souvenirs gourmands sont comme le chocolat :

A haut pouvoir réconfortant !


Crédit Photos ©Salon du Chocolat

Quelle meilleure manière que de rendre honneur à la semaine du Goût , en vous permettant de gagner vos entrées pour le Salon du Chocolat qui se tiendra à Paris du 28 octobre au 1er novembre prochain ?


Pour se faire, je vous propose de m’envoyer la plus belle photo de votre cru sur le thème du chocolat.

Laissez libre cours à votre imagination, cela peut être la photo d’une recette, d’une tablette, ou tout simplement d’un carré…. Les deux photos qui m’auront le plus touchée par leur esthétisme, leur ambiance et leur gourmandise permettront à leur auteur de remporter une entrée gratuite pour le Salon du chocolat.

Vous avez jusqu’au mardi 19 octobre minuit pour me les envoyer sur l’adresse gourmandiseschroniques@gmail.com. Les résultats ainsi que toutes les photos participantes seront en ligne sur le site le jeudi 21 octobre !

Mais en attendant, et afin de vous mettre l’eau à la bouche, voici quelques moments carrément gourmands du salon 2010 placé sous le signe du développement durable et de la consommation éthique :

Le célébrissime défilé « tendance chocolat »,

L’atelier « Chocoland » pour les petits gourmands

Dans la "Chocosphère", des animations et démonstrations par des grands noms de la pâtisserie qui vous dévoileront leur recette chocolatée préférée.

A votre disposition, un espace dédié à tous les ouvrages sur le thème du chocolat, en partenariat avec la Librairie Gourmande, pour des rencontres gourmandes et des séances de dédicace riches en saveur.

Mais encore bien d’autres rendez-vous : Conférences, concours et spectacles ponctueront le Salon du Chocolat 2010.





vendredi 8 octobre 2010

Fleurs cristallisées ou comme des envies de prolonger l’été…



Mignonne, allons voir si la rose

« Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre
beauté. »

Pierre de Ronsard (1524-1585)


- Fleurs cristallisées -
Recette tirée du livre « l’atelier des bonbons bio » par Linda Louis, rédactrice du blog "Cuisine Campagne"
Pour 70g de fleurs cristallisées
10g de pétales
1 blanc d’œuf
Du sucre semoule
Pas à pas
Oter les premiers pétales.
Disposer les sur une feuille de papier sulfurisé
Fouettez le blanc d’œuf dans un bol puis badigeonnez délicatement les pétales.
Saupoudrez- les de sucre semoule.
Etalez les fleurs sur la feuille de papier sulfurisé pour faire sécher :
Deux techniques de séchage :
On prend son temps (technique de Lilo) :
Laissez sécher à l’air ambiant, jusqu’à ce que cela ait bien durci, comptez environ 4 à 5 jours.
On est pressé :
Préchauffez le four à 40°c- 50°c, et enfournez les pétales pendant 3 à 4h, porte ouverte pour laisser sécher.

Cette photo est présentée au concours FIPC*
Conseils de Lilo :
D’une simplicité enfantine, si toutefois on observe quelques règles de base quant aux choix des fleurs : Des fleurs comestibles, cela va de soi, non traitées à cueillir dans des zones préservées de toute pollution.
Pour une meilleure saveur, comme les fruits à confiture, les cueillir en fin de matinée, bannir les journées pluvieuses toujours dans le même but.
Les fleurs cristallisées se conservent 1 mois, mais il est préférable de les déguster rapidement afin de profiter de leur saveur.


*FIPC : Pour connaître les modalités du Concours de photos culinaires FIPC, je vous invite à consulter le site de 750g.
Les dix photographies ayant obtenues le plus de commentaires seront finalistes. Donc, si vous êtes séduits par la photo, manifestez-vous par ici !