Printemps

mercredi 29 septembre 2010

Cookies Time ou mes 10 bonnes raisons pour confectionner des cookies





Parce qu’aujourd’hui la maisonnée raisonne de cris d’enfants plus qu’à l’accoutumée,

Parce que quand c’est la fête à la maison, la cuisine se met au diapason,

Parce que les voir ainsi s’amuser ensemble me remplit de joie et me donne envie de les

régaler,



Parce que courir, jouer et escalader, ça ouvre les esprits…et les appétits aussi;

Parce que voir leurs yeux qui pétillent en se régalant est mon plus grand plaisir,

Parce que savoir faire plaisir aux enfants avec de petits gestes est une grande richesse,


Parce que ma petite boîte à gâteaux se sentait bien vide depuis quelques temps,

Parce qu’après une journée de travail et 2 heures de transport Monsieur Gourmandise se réjouira en découvrant les rescapés savamment cachés,

Parce qu’il n’y a pas besoin de bonnes raisons pour faire des cookies,

Mais surtout, surtout parce que P’tit Gourmandise aura 3 ans demain et que les cookies font partis de ses douceurs préférées…

Alors pour lui et les 26 autres têtes blondes de sa classe :


Cookies aux trois chocolats selon Martha Stewart

Ingrédients pour une trentaine de cookies

320g de farine

½ cc de bicarbonate de soude

230g de beure à température ambiante

100g de sucre blanc en poudre

200g de sucre roux

1cs de fleur de sel

2cc d’extrait naturel de vanille

2 gros œufs

350g de chocolat noir, blanc et au lait.


Pas à pas

Préchauffez votre four à 180°c.

Hachez vos trois chocolats en morceaux et copeaux irréguliers, réservez.

Mélangez la farine et le bicarbonate de soude dans un saladier, réservez.

Battez 2mn à vitesse moyenne le beurre et les sucres dans le bol de votre robot, jusqu’à ce que le mélange blanchisse et soit crémeux.

Réduisez la vitesse et rajoutez le sel, l’extrait de vanille et les œufs, puis mélangez pendant 1mn pour bien les incorporer.

Ajouter la farine puis les chocolats et bien mélangez.

Faire des petites boules d’environ 2cm de diamètre que vous déposez sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé en pensant à les espacer car ils vont s’étaler.

Faites cuire pas plus de 10mn, jusqu’à ce que le bord commence à dorer mais que le centre reste moelleux.

Sortez du four puis laissez refroidir 1 ou 2mn avant de recommencer l’opération jusqu’à plus pâte.

Les cookies se conservent 1 semaine dans une boîte hermétique…ou pas !



Bon anniversaire mon bel amour...


Ma recette participe au concours "Les bons goûters de maman" organisé par Marie "Les petits plats de Trinidad" et Sandra "Ok c'est bon".

Pour participer, je vous invite à prendre connaissance du concours sur leur site ! Vous avez jusqu'au 15 octobre minuit pour envoyer votre recette !

vendredi 24 septembre 2010

Maths de malheur et Œufs au lait aux douces saveurs de l’enfance


Mes années d’école figurent parmi mes meilleurs souvenirs.
Années d’insouciance s’il en est, années d’apprentissage aussi, années de belles amitiés surtout. Oui, ces années résonnent encore aujourd’hui joyeusement dans ma mémoire.

Mais, car il y a toujours un mais, surtout dans les histoires qui coulent comme des fleuves un peu trop tranquilles… Et ce mais revenait un peu trop souvent à mon goût, dans l’emploi du temps de ma semaine. Ce mais m’agressait à coup de formules barbares, me malmenait de chiffres à l’infini, me martyrisait avec des théorèmes gores où Pytha n’avait jamais son mot à dire.

Oui, je détestais les math ! Les déteste encore aujourd’hui et les détesterai probablement à tout jamais.


Alors, lorsque le tableau se blanchissait à tort et à travers de matheuses formules, s’assombrissait d’incompréhensibles fractions, s’obscurcissait d'hasardeuses équations, mon esprit s’envolait vers des contrées plus clémentes où l’abstraction n’était pas mathématiques, ni les suites logiques et où les formules n’ étaient autre que magiques. Il arrivait parfois que le charme soit rompu par la voix du savoir me ramenant à ma triste réalité du moment, me faisant replonger dans ces nébuleuses où je perdais vite pied. Alors mon regard se portait fébrilement au dessus de ces démonstrations à la logique impalpable vers l’horloge où s’égrainait mon ennui avec une lenteur insolente.


Et lorsqu’enfin la cloche retentissait au son de ma délivrance, l’envie de fuir ces matheuses formules se faisait impérieuse et je sortais alors de classe avec l’énergie du fugitif en cavale, laissant derrière moi fractions, équations et livres, ce qui m’exposerait à une incontournable punition plus tard à la maison.
J’enfourchais alors mon vélo, et pédalais, pédalais aussi vite que mes jambes de 10 ans me le permettaient, comme si chaque coup de pédales m’éloignait plus sûrement de ces math de malheur !


Je me réfugiais alors chez mes grand parents et trouver dans ce foyer tant chéri un réconfort salutaire à la hauteur de mes déboires arithmétiques. Et quand venait l’heure du goûter, de douces effluves s’échappaient de la cuisine où ma grand-mère ne manquait pas de panser mes plaies à grand renfort de gouteux placebos. C’était à ce prix que le traumatisme subi s’estompait un peu plus à chaque cuillerée. Des douceurs pour dissiper les malheurs, ça c’est mathématique !


Œufs au lait
Pour 4 à 6 ramequins
1/2l de lait
4 à 5 cuillerées à soupe de sucre vanillé maison
1 pincée de sel
3 œufs



Le pas à pas
Préchauffez votre four à 180°c
Faites bouillir votre lait avec le sucre et la pincée de sel
Battez les œufs en omelette. Y incorporer le lait bouillant sans cesser de fouetter. Répartissez le mélange dans les ramequins.
Déposez-les dans la plaque creuse du four rempli d’eau. Faites cuire au bain marie environ 25mn. Retirez, laissez refroidir et dégustez.

Astuces
Sucre vanillé maison : C’est tout simple, remplir un bocal avec du sucre et y glisser quelques gousses de vanille, refermer et conserver dans un endroit sec.

Variations sur le même thème : Les œufs au lait peuvent se décliner selon vos envies, mes variations préférées : zeste d’agrumes, fève tonka, cannelle.



Ma recette participe au concours "Les bons goûters de maman" organisé par Marie "Les petits plats de Trinidad" et Sandra "Ok c'est bon".
Pour participer, je vous invite à prendre connaissance du concours sur leur site ! Vous avez jusqu'au 15 octobre minuit pour envoyer votre recette !

mardi 14 septembre 2010

Portrait de potager et recette de ratatouille



Mon potager est un brin despotique. Voilà deux ans qu’il règne en maître au fond de mon jardin. Depuis qu’il est miraculeusement sorti de terre en une seule journée par la volonté acharnée de deux bourreaux de travail (mes beaux parents pour ne pas les citer), il exige attention et soins au quotidien. Sur ses terres fertiles, les complots s’ourdissent et les alliances se trament tantôt avec la pluie ou avec le soleil, pour savoir qui des poireaux ou des radis remportera cette année ses faveurs…

Mon potager est capricieux. Je l'ai appris à mes dépends. Savoir composer avec sa susceptibilité à fleur de terre est désormais une règle d’or à laquelle je ne failli plus. Il aime à prendre son temps et me l’a bien fait comprendre. C'est lui qui mène la danse. Sa devise : ne rien attendre de lui avant le passage de Mamert, Pancrace et Servais sous peine de ne pas donner le meilleur de lui-même. Et par tous les saints, je n’ai aucune envie de faire autrement au risque de jeter un froid glacial entre nous !


Mon potager est un artiste. Il est à lui seul, une œuvre d’art en puissance. Le seul souci est que chacun y développe sa fibre artistique de façon toute personnelle. C’est ainsi que les oignons rouges plantés en ligne à l’origine, semblent être adeptes du surréalisme en prenant quelques libertés avec la verticalité initiale voulue, pour pousser où bon leur semble. Les aubergines, quant à elles, ont un faible pour l’art abstrait, préférant privilégier forme et couleur au détriment du moindre légume, même si j’en attendais un peu plus de leur part... Et je ne vous parle même pas des fruits rouges qui eux brillent dans le style impressionniste, la mobilité et l’impression fugitive n’ayant plus aucun secret pour eux, je soupçonne néanmoins quelques petites mains complices de les aider à exceller dans leur art...

Et oui, force est d’admettre que tout pousse dans un joyeux fouillis, pourtant tout le monde semble s’y plaire et s’épanouir comme bon lui semble. Et même s’il n’en fait qu’à sa tête, mon potager est généreux !
Il partage sans compter le légume de son labeur et nous offre au fil des mois, tomates charnues et savoureuses, courgettes délicates et sucrées, carottes croquantes de douceur. Il est un lieu atypique qui attire comme un aimant la gourmandise de chacun, lieu de passage incessant, lieu de promenade et de contemplation, lieu de promesses gourmandes où les petites mains furètent dans l’espoir de glâner ici une tomate cerise, là une carotte déguster à même la fane.

Alors ce potager tour à tour, despotique et capricieux, artiste et généreux, atypique et lunatique, je ne pourrais pas m’en passer et il me le rend bien.


La ratatouille

Même si elle n'a fait que quelques furtives apparitions, la ratatouille avait servi de fil directeur à mon passage dans l'émission 100% Mag.Comme promis fin août, en voici la recette.

Le secret de réussite de cette ratatouille réside dans la cuisson des légumes : Séparément dans un premier temps !

Du coup, c’est un peu long, un peu plus de 2h, mais au final le goût de chaque légume est clairement identifiable à chaque bouchée, avec un petit côté confis à tomber !


Ingrédients pour environ 8 personnes

1kg d'aubergines, 1kg de courgettes, 1kg de poivrons, 500 g d'oignons, 5 gousses d'ail, 6 brins de thym, 1 bouquet de persil, 1 bouquet de basilic, farine, huile d'olive, sel et poivre.


Le pas à pas

Tomates :
Peler les tomates après les avoir plongées une minute dans l'eau bouillante, mais si elles sont bien mûres, la peau se retire très facilement. Les couper, les épépiner grossièrement puis les faire égoutter dans une passoire. Eplucher les gousses d'ail. Dans une casserole à fond épais, faire fondre les tomates, y ajouter l'ail écrasé au presse-ail, le persil, le thym et le basilic. Saler, poivrer. Amener à ébullition et faire réduire à feu doux jusqu'à obtention d'un coulis onctueux.
Je laisse le coulis mijoter tranquillement jusqu'à ce que tous les légumes se retrouvent dans la cocotte.

Aubergines :
Retirer le pédoncule des aubergines et les tailler en rondelles d'environ 1cm d'épaisseur. Les étaler dans un grand plat et les saupoudrer très légèrement de farine, les aubergines étant très gourmandes en huile, cela permet de limiter l'absorption. Dans une grande poêle, faire chauffer un peu d'huile d’olive et y faire revenir les aubergines à feu vif pendant 5 à 6mn, puis baisser le feu et laisser cuire environ 10 à 12mn. Toutes les rondelles doivent être en contact avec la poêle afin de bien dorer, donc vous devrez répéter l'opération jusqu'à épuisement des aubergines. Les mettre ensuite dans une grande cocotte. Laisser mitonner à feu doux sans couvrir la cocotte à aucun moment, cela va permettre aux légumes de confire.

Courgettes :
Couper les courgettes en rondelles, Retirer les pétoncules des poivrons et les couper en quatre dans la longueur, les débarasser de leurs graines et des parties dures de l'intérieur. Les tailler ensuite en lanières.

Poivrons :
Ouvrir les poivrons et les épépiner. Les débiter en lamelles.
Rajouter, si nécessaire, un peu d'huile dans la poêle et y faire cuire les poivrons à feu moyen pendant 5mn, en remuant souvent avec une spatule, puis baisser le feu et laisser cuire encore environ 7mn. Mettre les poivrons dans la cocotte à mitonner avec les aubergines.


Oignons :

Pendant que les poivrons cuisent, peler les oignons et les couper en rondelles pas trop fines. Les mettre à leur tour dans la poêle et les laisser fondre à feu doux environ 20mn, en remuant de temps en temps. Les rajouter dans la cocotte.

Courgettes :

Tandis que les oignons cuisent, débiter les courgettes en rondelles. Puis dans la poêle, faire revenir les courgettes avec un peu d'huile. Couvrir et laisser cuire 10mn à feu moyen, puis 10mn encore à découvert sur feu un peu plus vif pour faire évaporer l'eau qu'elles auront rendues. Rajouter les courgettes dans la cocotte.

Saler et poivrer. Ajouter enfin le coulis de tomates. remuer le tout et laisser cuire encore environ 15mn.


La ratatouille se déguste aussi bien chaude que froide.