Eté

dimanche 24 octobre 2010

Le rituel des lundis de mon enfance et sa variante : Chausson pommes-passion


Il est des rituels qui restent bien ancrés, des souvenirs indéfectiblement gravés.

Chez mes grand- parents, si chaque jour de la semaine avait sa recette attitrée, il avait aussi son occupation toute dédiée. Ainsi le lundi était jour de courses, quoi de plus normal en effet, de débuter la semaine en garnissant les étagères ?

Alors tous les lundis après l’école, munis de la liste de circonstance, nous prenions place dans la voiture : Ma miss Daisy de grand-mère à mes côtés, sur la banquette arrière, juste derrière mon chauffeur de grand père, le chapeau sûrement vissé sur la tête, à défaut de la casquette de l’emploi. Et nous voilà en route vers le super marché, qui au cours des 3 dernières décennies, fut baptisé, débaptisé rebaptisé, tantôt Cosmos, Hypercosmos, Leclerc pour se reconvertir en paradis pour bricoleurs néophytes et avertis. Ces temples de la consommation pour certains n’étaient, pour mes grand parents, qu’un lieu de réapprovisionnement où l’improvisation n’était pas de mise, le strict nécessaire figurant sur la liste à laquelle on ne dérogeait guère.

Bien souvent, un caddy en dit long sur les habitudes alimentaires de chacun. A l’époque on pouvait, à travers les packs d’eau envahissant le caddy, les boîtes de pâté Hénaff empilées dans un équilibre précaire et les paquets de pâtes sûrement calés, deviner les blessures d’un autre temps, percevoir les cicatrices laissées par des années de disettes et de périodes de rationnement. Oui, on pouvait lire à caddy ouvert, dans ce chariot trimballant de sombres stigmates au beau milieu des provisions.

Pourtant une catégorie d’aliments figurée aux denrées absentes : les produits frais.

Car si l’habitude de faire ses courses dans les supermarchés était rentrée dans les mœurs, même des personnes de cette génération, le rituel du petit commerçant était encore bien ancré dans les habitudes de chacun. Aussi, la viande s’achetait à la boucherie, les fruits et légumes manquant au potager chez le primeur et pour les produits laitiers manquants, inutile de se précipiter au supermarché, il suffisait d’attendre patiemment que se fasse entendre le petit klaxon du camion de la laitière, pour réparer l’oubli.

Les courses terminées, une dernière escale nous attendait, gourmande celle-ci, chez le pâtissier du coin, où malgré la multitude de mignardises livrées en pâture à mes pupilles d’enfant, seul n’avait grâce à mes papilles que mon rituel chausson aux pommes, habitude bien encroûtée me direz-vous… Il s’agissait ensuite de s’en délecter dans les règles. Tout un art que de manger un chausson digne de ce nom, où le croustillant extérieur ne doit avoir d’égal que le fondant intérieur. Le but de la dégustation étant de minimiser les pertes ! D’en venir à bout sans l’émietter de trop, ni que la compote ne se répande par l’un ou l’autre des côtés croqués. Car un chausson digne de ce nom, se doit d’être garni comme il se doit à savoir, généreusement en langage gourmand !


- Chausson pommes passion -

Ingrédients pour 4 chaussons

Pâte feuilletée 100% naturel

Compote pommes-passion

1 jaune d’œuf

1 peu d’eau


Pas à pas pour la compote pommes-passion

7 à 8 pommes reine des reinettes

3 fruits de la passion

Du sucre

Epluchez, retirez le cœur et couper vos pommes en morceaux.

Les mettre dans une casserole avec un fond d’eau.

Couvrir et mettre à feu moyen environ 15mn. Remuez de temps en temps.

Pendant ce temps, coupez les fruits en deux, grattez l’intérieur en prenant soin de ne pas prélever la peau blanche.

Lorsque les pommes sont ramollies, et qu’elles sont translucides, c’est qu’elles sont cuites. Saupoudrez avec l’équivalent de 2cs de sucre et intégrez la chair des fruits de la passion à la compote de pommes.

Pour la réussite des chaussons, il faut que la compote soit bien desséchée. Prolongez donc la cuisson sans le couvercle pour évacuer un maximum d’humidité et surveillez afin que ça n’attache ni ne caramélise. Comptez 5 à 10mn. Laissez refroidir.

Pour déguster la compote : 5 mn de cuisson sans couvercle suffisent après l’ajout de sucre. Ainsi la compote reste un peu juteuse tout en ayant un petit côté confit. Je ne mixe, ni n’écrase ma compote, il reste des morceaux. C’est comme ça que nous l’aimons à la maison.

Pas à pas pour les chaussons

Sortir la pâte feuilletée du frigo (elle est plus facile à travailler quand elle est froide).

L’étalez. Découpez des cercles à l’aide d’un emporte pièce de 10cm de diamètre (après tout dépend votre niveau de gourmandise !)

Badigeonnez les bords avec du jaune d’œuf et un peu d’eau (afin de bien coller les extrémités).

Déposez une belle cuillérée à soupe de compote au centre et refermer.

Repliez la pâte sur elle-même pour former un demi-cercle.

Collez les bords en appuyant avec les doigts. L’étape de la fermeture est capitale, des bords mal soudés et c’est toute votre garniture qui va s’écouler à l’extérieur du chausson à la cuisson.

A l’aide d’un découpoir du même diamètre que l’emporte pièce, décorez joliment les bords de vos chaussons. Sur le dessus de chaque chausson, badigeonnez de la dorure (mélange jaune d’œuf et eau) avec un pinceau et ciseler légèrement e croisant, attention à ne pas transpercer la pâte.

Enfournez dans un four préalablement préchauffé à 200°c ce qui va permettre aux chaussons d’être saisis et de gonfler. Faire cuire 15 à 30mn (cela dépend de la grosseur de vos chaussons, pour ce diamètre 15mn sont suffisantes).

Blabla futile et gourmand à la fois :

Pour déguster la compote : 5 mn de cuisson sans couvercle suffisent après l’ajout de sucre. Ainsi la compote reste un peu juteuse tout en ayant un petit côté confit. Je ne mixe, ni n’écrase ma compote, il reste des morceaux. C’est comme ça que nous l’aimons à la maison.

Pépins des fruits de la passion : Un fruit de la passion est composé de pépins entourés de pulpe. Je les ai laissés dans ma compote, mais pour celles et ceux qui seraient gênés par le croquant des pépins, vous pouvez extraire la pulpe des fruits de la passion en mettant le contenu du fruit dans une passoire et à l'aide d'une maryse ou d'une cuillère en bois, pressez la chair. Le jus va tomber au fond du saladier et les pépins restés dans la passoire.


19 commentaires:

Kim a dit…

Quel régal des chaussons aux pommes avec une touche de fruits de la passion! Ils ont l'air délicieux!

M. a dit…

Pommes-passions? je veux bien retourner en enfance moi!!
Je me reconnais dans ta description pour manger un chausson, ne pas s'en mettre partout et surtout ne pas en perdre une miette, ni un morceaux de pommes

christelle a dit…

h je revois si bien tes grands-parents dans cette description, et cette habitude qu'avait ta grand-mère de monter à l'arrière! désuet, mais si adorable!! et jolie recette qui me rappelle aussi ceux que ma mère faisait et que je fais aux enfants ( pomme cannelle)

canelé a dit…

Mon souvenir d'enfance avec mes grands parents, c'est la recherche du lait à la ferme, et le café ricoré avec des biscottes... Chez nous le superbe goûter à partager avec maman était un croissant aux amandes une tuerie....Pour le goût et pour les hanches. Le chausson aux pommes est un bon souvenir aussi de mes enfants pour finir les pommes abimées avec une pâte à pain.

trinidad a dit…

quand j'étais enfant, le chausson aux pommes était mon péché mignon, alors si tu y ajoutes de la "passion" je craque immédiatement !

clém' a dit…

Le mélange pommes/passion me donne bien envie.
Et puis tes chaussons sont à croquer!
Quand j'étais plus jeune c'était ce que je prenais toujours à la boulangerie.. :')
Bonne journée

Gourmandises Chroniques a dit…

Je constate que les chaussons aux pommes remportaient un franc succès auprès des enfants que nous étions !

Rosa's Yummy Yums a dit…

Cette association pomme fruits de la passion est fameuse. Je ne l'ai encore jamais testée, mais je suis sûre qu'elle est à mourir. Tes chaussons sont merveilleux!

Bises,

Rosa

boljo a dit…

Des chaussons à glisser dans son palais sans modération. Ils doivent être délicieux.

Mercotte a dit…

Pommes passion, ça c'est une bonne idée et une belle interprétation !! et puis j'aime bp tes intros, on sent le vécu et c'est émouvant!

Sophie a dit…

tu nous racontes si bien tes souvenirs :) Le chausson aux pommes, c'était aussi mon préféré en lieu et place des croissants et pains au chocolat.

Gourmandises Chroniques a dit…

Je suis heureuse que l'association pommes passion fasse un carton plein car c'est vraiment vraiment délicieux !
@Boljo : Bienvenue :-)
@Mercotte et @Sophie : Merci ça me touche :-)
Sinon @Mercotte : Gourmandises Chroniques sans les chroniques, serait un peu comme ...comment dire ??? Mercotte sans ses macarons :-)))
@Sophie : Je pense à toi, je suis au Pays Basque !!!

Linou a dit…

moi, c'était le rituel quand ma grand tante me gardait, frites le midi et pain avec 4 carrés de chocolat et une bouteille de cola en verre consignée

Hélène (Cannes) a dit…

C'est vrai qu'un bon chausson aux pommes, ça fait des miettes ... ;o) Jolie évocation d'un moment d'enfance ... J'aime ça ...
Bisous
Hélène

CitronVert a dit…

Les chaussons aux pommes, même si ce n'est pas un souvenir d'enfance c'est un de mes premiers souvenirs fraîchement arrivé en France, en plus pas difficle à dire!

clquipopotte a dit…

J'aime comme tu me racontes ... avant de croquer !
Bonne journée ...
CLquipopotte♥♥♥♥

Tiuscha a dit…

Inédit pour moi ce mariage acidulé. Chez nous, c'est chausson pomme/coing en cette saison (les 2 du jardin).

Edda a dit…

Ton introduction et l'idée des chaussons chauffe le coeur, si en plus il y a de la passion, c'est irrésistible :-) Bises

Rosa's Yummy Yums a dit…

Bon lundi!

Bises,

Rosa

Enregistrer un commentaire