Eté

mardi 21 octobre 2014

Goûter d’Halloween : Cake pops Momies


Le compte à rebours est lancé ! 

On entame les horribles festivités, à moins que ce ne soit les délicieuses hostilités, à vous de voir !

Avec une recette simplissime mais qui fera sont effet !

Des cake pops momies, Brrrrr !






Cake pops Momies

Pour les cake pops on part sur une base de quatre quart

Réalisé avec un moule à cake pops en silicone
 
Pour 20 empreintes
110g de sucre
2 œufs
110 de farine 1cc de levure chimique
110g de beurre fondu
1 pincée de sel
Pour l’enrobage en chocolat
100g de chocolat blanc
Pour la décoration des cake pops
un stylo pâtissier blanc
Un stylo pâtissier chocolat

En option : Des oréos



1ère étape : les cake pops

Préchauffez votre four à 180°c.
Dans votre saladier ou le bol de votre robot, battez ensemble le sucre et les oeufs jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Rajoutez la farine, le sel et la levure, puis le beurre fondu.
Le mélange doit être homogène.
Remplissez à ras bord les empreintes du moule à cake pops (celui sans les trous).
Pour que votre tache soit plus facile, versez la pâte dans un verre doseur (vous serez plus précis) et posez votre moule en silicone sur la plaque de votre four (plus facile pour enfourner).
Refermez avec la deuxième plaque d’empreintes (celle avec les trous) et enfournez pour 15mn.
Sortez du four et laissez refroidir avant de démouler.
Attention : ôtez seulement un des moules mais laissez les cake pop dans l’autre moitié, cela va vous permettre de fixer les bâtons à sucettes.

2ème étape : L’enrobage en chocolat
100g de chocolat blanc

Faites fondre le chocolat au bain marie.
Trempez une des extrémités d’un bâton à sucette dans le chocolat fondu sur 1cm environ et plantez-le dans une boule (attention à ne pas la transpercer !). Renouvelez l’opération pour chaque cake pop. Puis réservez au frigo pendant 30mn pour que le chocolat durcisse et assurer la prise du bâton.

Réchauffez le chocolat et enrobez-en  chaque cake pop en le trempant dedans. Plantez sur un support pour les laisser sécher. je vous déconseille d’utiliser l’empreinte avec les trous prévue à cet effet, les cake pops sont bien trop lourdes et ne tiennent pas dessus.
J’ai opté pour les rectangles de mousse que l’on trouve dans les magasins de jardinage.

3ème étape : La décoration des cake pops
un stylo pâtissier blanc
Un stylo pâtissier chocolat

En option : Des oréos

Avec le stylo blanc, réalisez les bandelettes et avec le stylo chocolat dessinez des yeux.

Pour une mise en scène encore plus réaliste, placez de la mousse de fleuriste dans un pot de à confiture et mixer des oréos pour le camoufler !


jeudi 16 octobre 2014

Velouté à l'ail fumé et petites confidences gourmandes...

Je ne saurais comment vous expliquer dans quel état me met l’odeur des aliments fumés, pour que vous en preniez la pleine mesure…
Transe, état de grâce et autres superlatifs semblent très exagérés à lire, et pourtant, pourtant…
Lorsque les effluves me parviennent, cela réveille en moi des sensations puissantes, profondes.
Cela tient de l’indicible.
De ces choses qui vous échappent. Un émoi palpable et réconfortant. Un bonheur ostensible et rassurant. Un bien-être perdu et retrouvé l’espace d’un instant.

Vous comprendrez alors sans peine quel plaisir j’éprouve à chaque escapade bretonne à me pourvoir généreusement en produits fumés de la maison Lucas à Quiberon

Ou encore, le vertige infini qui s’est emparé de moi, un jour d’été à la Mare aux oiseaux,  à la dégustation d’une divine purée de pommes de terre fumée à la tourbe de Brière, si chère à Eric Guérin. La première bouchée m’a transportée dans un rare émoi culinaire.


Aussi, lorsque chez mon primeur, les effluves d’une tresse d’ail fumé sont venus jusqu’à moi, impossible de résister !
Et c’est un post de Stéphanie sur Facebook qui m’a donné l’inspiration et l’irrépressible envie de cuisiner cet ail en un velouté suave et raffiné.

Et comme il fallait bien que je mette mon grain de sel, l’eau a été remplacée par un bouillon de volaille, noble reste d’une poule au pot, réalisée pour braver les attaques d’un vilain  viru s qui a sévi récemment,  ayant eu raison de chacun d’entre nous.









Velouté à l'ail fumé
Pour 4 personnes
110g d’ail fumé dégermé
350g de pomme de terre (ici des gourmandines)
150 de carottes
1cs d’huile d’olive
1,5 de bouillon de volaille
Sel, poivre du moulin


Épluchez et taillez les légumes en morceau. Coupez l’ail en deux et ôtez le germe, cela sera plus digeste.
Faîtes revenir 1 à 2mn à feu doux l’ail dans l’huile d’olive. Rajoutez les carottes et les pommes de terre. prolongez la cuisson 5mn, puis rajoutez le bouillon. Couvrez et laissez mijoter pendant 30 à 40mn.
A l’aide d’un mixer plongeant ou dans votre blender, Mixez les légumes et une partie du bouillon. Rajoutez peu à peu le bouillon pour obtenir la consistance souhaitée. Rectifiez l'assaisonnement.

lundi 13 octobre 2014

Gâteau fondant au chocolat et aux pistaches caramélisées - Entre gourmandise et décadence


Pour vous faire une confidence, puisque nous sommes entre nous, je ne suis pas ce qu’on appelle une amatrice de chocolat. Vous savez, de celle qui se pâme pour un carré de chocolat noir, préférant encore croquer dans un carré de chocolat au lait et le summum, du chocolat au lait et aux noisettes (entières), je vous avais prévenu je ne suis pas une puriste !

Aussi, je cuisine peu le chocolat, et les rares fois où je m’y colle, c’est pour confectionner des douceurs plutôt basiques et généralement dédiées aux enfants.

Pas d’entremets donc,  ni de gâteaux sophistiqués avec variations de textures et de parfums, mais plutôt des valeurs sûres telles que des cookies classiques ou plus gourmands encore comme ici au m&m’s, pour les grandes occasions des gâteaux d'anniversaire comme celui-ci ou encore celui-là et au quotidien des mousses ou encore des crèmes au chocolat comme celle-ci

Mais ce que j’aime par-dessus tout dans ce genre de desserts, c’est l’association du chocolat avec les oléagineux, et on frôle l’apothéose lorsque ceux-ci sont caramélisés ! C’est dans cette lignée que s’inscrit ce fondant au chocolat, un gâteau gourmand, du quotidien, avec comme ultime touche décadente des pistaches caramélisées !





Gâteau fondant au chocolat et aux pistaches caramélisées
 


Pour un moule rectangulaire de 27x17cm
(Trop risqué de parler en nombre de personnes en matière de gâteau au chocolat !)
200g de chocolat noir
180g de beurre demi-sel
2cs de café liquide (optez pour un café corsé)
175g g de sucre roux
3 œufs et 1 jaune
85g de farine T65
1cc de levure chimique
150g de pistaches
50g de sucre blanc


Préchauffez votre four à 180°c .
Les pistaches caramélisées
Faites chauffer votre poêle à feu vif. Lorsque la poêle est chaude, laissez fondre le sucre.
Attention, ne mélangez pas le sucre sous peine de le faire cristalliser. Lorsque le caramel est blond, réduisez à feu moyen et versez les pistaches, préalablement torréfiées 10mn à 150°c. Mélangez bien pour les enrober de toutes parts de caramel.
Disposez-les sur une assiette pour stopper la cuisson et laissez refroidir.
Concassez-les en les hachant avec un couteau. Vous pouvez aussi utiliser un robot, mais attention toutefois à ne pas les réduire en miettes, l’abus du robot est dangereux pour les pistaches. Réservez.


Le gâteau
Coupez votre chocolat en morceau en prenant soin de ne pas tomber dedans, sinon de gâteau il n’y aura point... Faites fondre au bain-marie les morceaux de chocolat et le beurre dans une petite casserole, elle-même disposée dans une casserole plus grande garnie d’eau bouillante. Lorsque le chocolat est à moitié fondu, ôtez la casserole du bain-marie et remuez pour bien lisser l’ensemble et ajoutez les cuillerées à soupe de café, les amateurs de chocolat ne pourront que vous remercier tant le café agit comme exhausteur sur les saveurs du chocolat !
Ajoutez le sucre, puis les œufs, un par un, et enfin le jaune, mélangez.
Ajoutez la farine et la levure chimique tamisées.
Mélangez très légèrement de manière à incorporer le tout.
Ajoutez entre 50g et 75g de pistaches caramélisées.
Versez la pâte dans le moule préalablement beurré et fariné et enfournez pendant 20mn. Lorsque le dessus de votre gâteau craquelle et qu’une fois enfoncée, la pointe de votre couteau vous indique que le cœur du gâteau est moelleux, l’heure est venue de le sortir du four.
Laissez-le refroidir une dizaine de minutes avant de le démouler et de garnir
généreusement sa surface du reste de pistaches caramélisées.


Pour un goûter régressif, le verre de lait est bienvenu !

vendredi 10 octobre 2014

Soupe au pistou ou minestrone - Trait d'union gourmand entre deux saisons

Aucun doute, ce week-end a définitivement sonné le glas de l’été qui jouait les prolongations...

On l’aimait bien cet été indien même si tout nous indiquait que l’on rentrait inexorablement dans l’automne.

Et les indices ne manquaient pas :
Les matins qui se rafraîchissaient lorsque l’on partait sur le chemin de l’école.
Les couleurs des arbres qui se réchauffaient et la rassurante odeur du feu de bois.

Aussi et afin de répondre au premier frimas de l’automne, nous avons, cette semaine, inauguré la saison des soupes. Et pour retenir un peu l’été, cette première soupe  a été composée essentiellement de légumes estivaux, trait d’union parfait entre les deux saisons !


Bien souvent à la maison la soupe fait office de plat unique le soir et ce minestrone n’a pas échappé à la règle !



Soupe au pistou ou minestrone

Pour un grand faitout de soupe
5 à 6 Tomates
3 Courgettes
5 Carottes
500g de Coco de Paimpol frais
1 branche céleri
3 pommes de terre de taille moyenne
2 blancs de poireau
500g petits pois
2 oignons
2 gousses d’ail
3cs d’huile d’olive
Sel
Poivre du moulin
1 branche de basilic


Pour le pistou
1 bouquet de basilic
1 gousse d’ail
70g de parmesan
40g d'huile d'olive
60g de pignons de pin torréfiés
sel


Lavez et coupez les légumes en taille régulière.
Dans un grand faitout, faire revenir l’ail et l’oignon ciselés dans l’huile d’olive.
Rajoutez les tomates et le blanc de poireau, prolongez la cuisson 10mn.
Rajoutez les carottes, les pommes de terres, les courgettes, les cocos et les branches de céleri et de basilic. salez, poivrez et couvrir d’eau.
Portez la soupe à ébullition et laissez mijoter 2 bonnes heures. 10mn avant la fin de la cuisson, rajoutez les petits pois.
Pendant que la soupe mijote, préparez votre pistou.
Dans votre blender, mixez les feuilles de basilic, la gousse d’ail dégermée, les pignons de pin et l'huile d'olive. Quand le mélange est bien homogène, rajoutez le parmesan râpé. Rectifiez l'assaisonnement.
Servez la soupe avec le pistou.

Et pour connaître tous les bienfaits des bonnes soupes maison, retrouvez ma chronique sur le blog des huiles végétales
Billet partenaire 


lundi 29 septembre 2014

Banana bread façon Donna Hay

Recycler les bananes trop mûres, voilà qui m’est familier (comme ici) depuis quelques années déjà.

Et ma gourmandise a trouvé un regain d’inspiration grâce à un nouvel ouvrage venu rejoindre les étagères de ma bibliothèque à vocation essentiellement culinaire.
“Les nouveaux classiques de Donna Hay” aux éditions Marabout

Célèbre auteure gastronomique australienne, que dis-je LA papesse de la cuisine simple et familiale, Donna Hay est à l’Australie ce que Jamie Oliver est à l’Angleterre : une star des fourneaux ! Véritable petite entreprise à elle seule, la belle est présente sur tous les fronts, elle possède son magazine culinaire, son émission de télé et des livres dont il est question ici. 

Dans cet ouvrage, aussi riche qu’imposant qui compulse les meilleures recettes du magazine éponyme,  elle revisite les grands classiques de la cuisine faisant la part belle, of course !, aux recettes anglo-saxones.



Par la force des choses, et l’urgence côté bananes, elles noircissent plus vite que leur ombre, (si on n’y prend pas garde,)  c’est par la recette du banana bread que j’ai donc inauguré ce livre. 


Verdict, un cake savoureux, moelleux à souhait, toujours aussi bon après quelques jours voire, serait-ce le fruit de ma gourmandise, même meilleur !
 
Vous ne m’en voudrez pas, je repars non pas sur les rives australiennes, même si ce n’est pas l’envie qui manque (le besoin d’ailleurs se fait cruellement sentir ces temps-ci) … mais en cuisine, lieu tout aussi exotique s’il en est avec un peu d’imagination et quelques ingrédients bien choisis, en quête du banana bread  parfait, l’envie de m’aventurer vers d’autres textures à défaut d’autres horizons  se faisant sentir.




Banana Bread

Pour un moule de 27cmx8cm
5 bananes bien mûres
125g de beurre pommade
175g de sucre cassonade
Les grains d’une gousse de vanille
2 oeufs
255g de farine T45 ou T55 tamisée
2cc de levure chimique
1cc de cannelle en poudre
115g de golden syrup



Préchauffez le four à 160°c.
Fendez la gousse de vanille dans le sens de la longueur et grattez l’intérieur avec un couteau pour récupérer les grains.
Dans le bol de votre robot, battez le beurre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange soit blanc et crémeux.
Incorporez les oeufs et battez de nouveau. Rajoutez les bananes écrasées en purée, la farine tamisée, la levure, la cannelle et le golden syrup.
Versez dans un moule à cake beurré et fariné. Enfournez pour 80 à 90mn de cuisson. Vérifiez la cuisson en piquant la pointe d’un couteau dans le cake.
Démoulez et laissez le cake refroidir sur une grille.